“Il était une fois la guerre” – Estelle Tharreau

“Il était une fois la guerre” – Estelle Tharreau

Titre : Il était une fois la guerre
Auteur : Estelle Tharreau
Editeur : Taurnada
Format : Numérique
Nombre de pages : 256
Dates de lecture : 30/10/2022 – 06/11/2022

4ème de couverture / Résumé éditeur :
Sébastien Braqui est soldat. Sa mission : assurer les convois logistiques. Au volant de son camion, il assiste aux mutations d’un pays et de sa guerre. Homme brisé par les horreurs vécues, il devra subir le rejet de ses compatriotes lorsque sonnera l’heure de la défaite.
C’est sa descente aux enfers et celle de sa famille que décide de raconter un reporter de guerre devenu son frère d’âme après les tragédies traversées « là-bas ».
Un thriller psychologique dur et bouleversant sur les traumatismes des soldats et les sacrifices de leurs familles, les grandes oubliées de la guerre.

« Toutes les morts ne pèsent pas de la même manière sur une conscience. »

Mon avis :
Estelle Tharreau nous livre ici un roman noir dont la lecture peut être éprouvante d’un point de vue psychologique.

Dans “Il était une fois la guerre”, il est question des conséquences que la guerre peut avoir sur les soldats qui la font, leurs familles et les civils qui la subissent.

L’histoire est narrée par un reporter de guerre et relate des faits se déroulant de nos jours et lors des différentes missions du soldat qui est le personnage principal du roman.

Parlons-en de ce personnage principal. Sébastien Braqui est militaire de métier, plein de fougue lors de sa première mission, il va peu à peu la perdre lors de ses allers-retours entre la France et le Shonga. Que ce soit dans un pays ou dans l’autre, il va faire face au regard que portent les autres sur les actions des militaires. Il va peu à peu se sentir rejeté et abandonné (à tort ou à raison) par ses deux familles (son épouse et sa fille et l’Armée).

Braqui ne veut pas voir un psy parce que les psy c’est pour les fous et que non, il n’est pas fou. Alors il n’a pas d’autre choix que de (tenter de) gérer tout seul les différents traumatismes auxquels il est confronté au cours de ses missions et la culpabilité qu’il ressent. Insidieusement, tout cela va le ronger de l’intérieur, le couper des autres, le briser. Mais les répercussions vont également atteindre sa famille.

Certains passages sont très durs psychologiquement parlant et également de par leurs descriptions.

Je ne connais pas l’univers militaire mais on sent le travail de recherche effectué par Estelle Tharreau pour dépeindre la situation. J’ignore quel lien elle a avec l’armée mais le récit est très documenté au point où je me suis demandée si ce n’était pas inspiré d’une histoire vraie. Néanmoins, l’écriture reste fluide et la lecture est aisée (si l’on passe outre le côté sombre qui peut heurter les personnes sensibles).

J’ai beaucoup apprécié les titres des différentes parties qui nous indiquent un compte à rebours. On a peur et on spécule sur vers quoi nous mène l’auteure. On forge des hypothèses, on espère se tromper et on tourne les pages pour se rapprocher le plus vite possible de cette échéance.

Je remercie Joël des Editions Taurnada pour l’envoi de ce roman (psychologique) noir bouleversant et percutant.


One thought on ““Il était une fois la guerre” – Estelle Tharreau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.