“Blackwater I, La crue” – Michael McDowell

“Blackwater I, La crue” – Michael McDowell

Titre : Blackwater I, La crue
Auteur : Michael McDowell
Format : papier
Nombre de pages : 260
Editeur : Monsieur Toussaint Louverture
Dates de lecture : 08/06/2022 – 14/06/2022

4ème de couverture / Résumé éditeur :
Alors que les flots sombres et menaçants de la rivière submergent Perdido, une petite ville du sud de l’Alabama, les Caskey, une riche famille de propriétaires, doivent faire face aux innombrables dégâts provoqués par la crue. Mené par Mary-Love, la puissante matriarche, et par Oscar, son fils dévoué, le clan s’apprête à se relever. Mais c’est compter sans l’apparition, aussi soudaine que mystérieuse, d’Elinor Dammert, jeune femme séduisante au passé trouble, dont le seul dessein semble être de s’immiscer au cœur de la famille Caskey.

Mon avis :
Ce roman, je l’ai vu et revu passer sur Instagram et je ne pensais vraiment pas le lire, sauf que j’ai lu de très bons retours de la part de lecteurs avec lesquels j’ai habituellement des goûts littéraires communs. Je dois dire que cela m’a intriguée et j’ai fini par me laisser tenter afin de me faire ma propre idée.

J’ai commandé les 6 tomes d’un seul coup en croisant les doigts pour que cela me plaise. Je commande rarement l’ensemble d’une série en une seule fois, généralement, j’attends de voir si le premier tome me convient avant d’acquérir les suivants.

C’est un roman qui se lit vite et facilement. Il comporte peu de pages et les chapitres sont courts. Je l’ai trouvé bien écrit et traduit. Et bien qu’il faille avouer qu’il ne se passe pas grand-chose dans ce premier opus, l’auteur est parvenu à captiver mon attention. Il met en place le décor et les différents protagonistes. Tout au long de ma lecture, mon intérêt pour l’histoire n’a fait que grandir. L’ambiance est mystérieuse et l’auteur distille des petites touches de surnaturel (mais rien de bien méchant) qui vont se développer dans votre esprit. Les affaires de la famille Caskey sont menées d’une main intransigeante par Mary-Love. Cette dernière règne sur le clan et ne supporte pas qu’on lui tienne tête, elle voit d’un mauvais œil l’arrivée d’Elinor dont elle pressent qu’elle cherche à s’immiscer dans le clan et qu’elle va avoir à faire à une forte tête dont elle risque d’avoir du mal à se débarrasser. Celle-ci est mystérieuse à souhait avec son lien si particulier avec la rivière et dès son apparition on comprend qu’elle va jouer un rôle important dans l’histoire bien qu’elle agisse de façon à garder ses distances avec ce qui se passe dans la ville.

Les personnages masculins sont plus en retrait, cependant ils ont leur place dans l’histoire et j’ai la sensation qu’ils risquent de prendre un peu plus d’importance au cours de l’histoire.

Lorsque j’ai tourné la dernière page du livre, je n’avais qu’une envie : enchainer immédiatement avec le suivant et c’est ce que j’ai fait.

Je ne peux pas terminer sans parler de l’objet-livre qui est de toute beauté. Je me laisse rarement convaincre d’acheter un roman uniquement à cause de sa couverture mais cela aurait pu être le cas ici. La couverture, en relief, est magnifiquement travaillée et les détails ont tous leurs sens une fois la lecture terminée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.