“Block 46” – Johana Gustawsson

“Block 46” – Johana Gustawsson

Titre : Block 46
Auteur : Johana Gustawsson
Format : numérique
Nombre de pages : 480
Editeur : Bragelonne
Dates de lecture : 07/06/2020 – 11/06/2020
Ressenti : Prenant

4ème de couverture / Résumé éditeur :
Falkenberg. Le commissaire Bergström découvre le cadavre terriblement mutilé d’une femme.
Londres. Profileuse de renom, Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants. Les corps présentent les mêmes blessures que la victime suédoise : trachée sectionnée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras.
Étrange serial killer, qui change de lieu de chasse et de type de proie…
En Suède, Emily retrouve Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les tueurs en série. Ensemble, elles se lancent dans une traque qui va les conduire jusqu’aux atrocités du camp de Buchenwald, en 1944.

Mon avis :
J’ai découvert Johana Gustawsson avec Mör qui est en fait le second roman mettant en scène les personnages de Emily Roy et Alexis Castells. J’aurais dû commencer avec Block 46 mais je l’ignorais à l’époque.

Ayant beaucoup apprécié Mör, j’ai trouvé Block 46 un peu en deçà mais cela peut se comprendre du fait que l’auteure a acquis en maitrise entre les deux romans et qu’en les lisant dans le bon ordre, on constate une évolution dans l’écriture.

Cela dit, j’ai dévoré ce roman.

Johana Gustawsson mêle avec brio une histoire de tueur en série et l’horreur des camps de concentration. C’est ce deuxième aspect du roman qui m’a le plus pris aux tripes tant les horreurs décrites sont éprouvantes pour le lecteur. On sent derrière le récit tout le travail de recherche qui a été effectué.

Dans la partie “tueur en série”, il m’a manqué un peu de rythme. J’ai accroché parce que l’auteur sait capter notre attention, notamment par l’alternance des différentes époques, mais j’aurais aimé un peu plus d’action. L’écriture est fluide, agréable, l’intrigue bien construite et vous enchainez les pages sans vous en rendre compte.

Je connaissais déjà un certain nombre de personnages (de par ma lecture de Mör) mais j’ai apprécié ce retour en arrière afin de découvrir les liens qui les unissent, leur passé. Leur psychologie est bien construite. Les deux personnages féminins principaux ont tous les deux une part d’ombre que l’on ne demande qu’à connaitre (je reconnais que je ne me souvenais pas de tout ce qui les concernait et des connaissances qui étaient déjà en ma possession avec Mör).

J’avais soupçonné certaines choses mais j’ai quand même été surprise par la fin, ce qui est une excellente chose. L’histoire est complexe dans la partie contemporaine mais à aucun moment je ne me suis sentie perdue.

Un bon roman mais que j’aurais encore plus apprécié si j’avais commencé cette série dans le bon ordre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.