“Ecouter le noir” – Collectif

“Ecouter le noir” – Collectif

Titre : Ecouter le noir
Auteur : Collectif sous la direction d’Yvan Fauth
Format : Papier
Nombre de pages : 288
Editeur : Belfond
Note : 15/20

4ème de couverture / Résumé éditeur :
Treize auteurs prestigieux de noir sont ici réunis et, si chacun a son mode opératoire, le mot d’ordre est le même pour tous : nous faire tendre l’oreille en nous proposant des récits qui jouent avec les différentes définitions de l’audition.
Dans ces nouvelles, ils ont donné libre cours à leur noire imagination pour créer une atmosphère, des personnages inoubliables et une tension qui vous happeront dès les premiers mots… et jusqu’à la chute.
Éclectique et surprenant, ce recueil renferme onze expériences exceptionnelles de lecture. Laissez-vous chuchoter à l’oreille, venez Écouter le noir.

Mon avis :
Je ne raffole pas des nouvelles. Je trouve que cela va trop vite et je me sens frustrée. De ce fait, j’en lis très peu, je les fuis presque même.

Cependant, j’ai été intriguée par cette réunion d’auteurs, dont certains m’étaient complètement inconnus, et par le thème imposé “l’audition” dans un style littéraire que j’apprécie : le roman noir.

Certaines nouvelles m’ont parlé plus que d’autres mais d’un point de vue global, c’est un excellent recueil et pour celles qui m’ont le moins plu c’est plutôt par rapport à une histoire ou un style littéraire (je pense particulièrement à celle de Jérôme Camut et Nathalie Hug avec son côté science-fiction qui n’est pas un style dont je sois friande) qui m’aura moins touchée. En aucun cas je n’ai été déçue.

Au cours de votre lecture, vous serez confronté à des styles différents, que ce soit au niveau de l’écriture que de l’histoire dépeinte. C’est ce qui fait toute la richesse d’un tel recueil. Beaucoup ont des chutes inattendues (Sonja Delzongle, Maud Mayeras) mais vous y trouverez du noir sous toutes ses formes, parfois avec une pointe d’humour (Romain Puértolas dont j’ai adoré la nouvelle). Certaines parlent d’actes qui ont des conséquences dramatiques (Barbara Abel & Karine Giebel), d’autres abordent un côté fantastique (François-Xavier Dillard, Laurent Scalose). Certaines ont un aspect un peu plus classique (R. J. Ellory, Sophie Loubière, Cédric Sire). Il y en a vraiment pour tous les goûts.

Et puis l’avantage de ce genre d’ouvrage, c’est que vous pouvez le lire petit à petit (entre deux “gros” romans, dans une salle d’attente, etc.) et dans l’ordre que vous voulez. Vous pouvez lire une nouvelle, puis  laisser le livre de côté pendant un certain temps avant de le reprendre sans avoir à vous rappeler où vous en étiez dans l’histoire. J’ai opté pour une lecture linéaire mais j’aurais tout aussi bien pu choisir selon la longueur de la nouvelle et du temps dont je disposais.

Pour conclure, je peux dire que cela a été une excellente expérience et je ne peux que vous conseiller de la tenter également (même si les nouvelles ne sont pas votre tasse de thé).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.