“Les eaux noires” – Estelle Tharreau

“Les eaux noires” – Estelle Tharreau

Titre : Les eaux noires
Auteur : Estelle Tharreau
Editeur : Taurnada
Format : numérique
Nombre de pages : 256
Dates de lecture : 13/09/2021 – 21/09/2021
Ressenti : ambiance pesante à souhait

4ème de couverture / Résumé éditeur :
Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

Mon avis :
Je remercie Joël des éditions Taurnada pour sa confiance et la découverte de ce roman avant sa sortie.

J’ai découvert Estelle Tharreau avec “Mon ombre assassine” que j’ai adoré. J’ai également beaucoup apprécié son roman suivant “La peine du bourreau”. Quant à ce nouveau bébé, je l’ai dévoré ! Il n’y a pas à dire, l’auteure parvient à chaque fois à me captiver par ses histoires et sa façon de les raconter.

Avec les eaux noires, elle vous plonge dans une ambiance grise, pesante où la joie se fait aussi rare qu’une goutte d’eau au milieu du désert.

Joséfa mène une vie triste et maussade, son unique “rayon de soleil” est sa fille et lorsqu’elle meurt, il ne lui reste plus rien. Déjà pas très sociable à la base, elle se coupe de tout et de tout le monde. Son attitude finit par lui mettre tout le monde à dos. Tout ce qu’elle demande, c’est que l’on retrouve l’assassin de sa fille…

J’ai adoré l’ambiance glauque de cette histoire et les rebondissements dus aux révélations du corbeau. Ces dernières mettent en marche un engrenage qui va causer la perte de beaucoup d’habitants de la Baie des Naufragés.

J’ai adoré la façon d’écrire de l’auteure. Les chapitres sont courts et percutants, relançant l’intrigue ou apportant quelque chose de nouveau qui vous entraine (ainsi que Joséfa) vers une autre piste. Les amis deviennent des ennemis, les proches s’éloignent, les secrets se dévoilent, la rumeur court, la suspicion s’installe avec tout ce que cela engendre de mauvais chez l’homme.

Une fois que vous avez commencé ce roman, il vous colle jusqu’à ce que vous l’acheviez. A la fin de chaque nouveau chapitre, vous enchainez avec le suivant tant vous souhaitez en découvrir plus.

Un roman où vous trouverez le gris sous toutes ses nuances et qui vous tient en haleine jusqu’au bout ! Je ne peux que vous le conseiller.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.