Repose mugs tricotés

Repose mugs tricotés

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à des petits cadeaux faits main pour Noël, je suis allée faire un tour sur Ravelry, car je ne doutais pas que je trouverais mon bonheur.

Je voulais quelque chose de petite taille afin que cela se tricote rapidement (au final cela n’a pas été le cas, je vous en dirai un peu plus après) mais que cela soit joli.

Je me suis donc orientée vers les accessoires et j’ai tout de suite repéré différents repose mugs. J’ai réduit mon champ de recherche en ajoutant quelques données comme la grosseur du fil (je comptais utiliser ce que j’avais dans mon stock), la gratuité du modèle, la langue des explications (anglais ou français) et le nombre de couleurs (j’avais dans l’idée d’utiliser deux couleurs).

J’ai fini par sélectionner une bonne dizaine de modèles sans vraiment m’attarder sur leur construction. On y trouvait des repose mugs, des sets de table et des petites décorations.

En regardant d’un peu plus près, j’ai vraiment accroché sur un carré d’une taille plus grande que ce que l’on peut qualifier de repose mug mais un peu petit pour être considéré comme un set de table.

Ce que j’ai pris de prime abord pour du jacquard était en fait un tricot double. En regardant la photo, je pensais simplement tricoter les deux faces et les assembler pour que le rendu soit en négatif d’un côté par rapport à l’autre. J’avais tout faux !

Pour les personnes qui ne connaissent pas, dans une pièce en tricot double, vous tricotez les deux faces en même temps, le résultat est tel que les deux pièces sont imbriquées l’une dans l’autre, c’est-à-dire que si vous tirez sur la pièce du dessus, elle ne se détache pas de celle du dessous (à la différence d’une pièce dont vous aurez assemblé les deux faces).

J’ai trouvé l’idée assez sympa et je me suis lancée. Enfin, pas tout à fait. En farfouillant dans mon stock, je n’ai pas trouvé de laine qui me plaisait ou alors pas en quantité suffisante. J’ai donc passé une petite commande chez Phildar.

Le temps que ma commande arrive, j’ai pu étudier les explications et m’exercer pour comprendre la technique à utiliser. J’ai visionné des vidéos sur Youtube et j’étais assez contente de moi pour ces essais.

Ma laine est arrivée et j’ai pu commencer. Sauf que j’ai vite déchanté car pour le modèle que j’avais choisi, je me retrouvais avec quelque chose de trop grand (20 cm). Même en optant pour des aiguilles plus petites, je n’étais pas satisfaite du résultat.

J’ai voulu essayer de composer en modifiant le motif mais je n’arrivais à rien. Alors j’ai retrouvé un modèle de repose mug dont le motif me plaisait et qui était à la bonne taille mais tricoté pour être un simple jacquard.

Cela me paraissait beaucoup plus facile que de modifier le modèle de base. Là, je n’avais qu’à suivre le diagramme et à adapter la technique du tricot double.

J’ai vite réalisé que :
– tricoter un modèle double face prend plus de temps que ce à quoi on s’attend,
– la moindre erreur ne pardonne pas,
– une maille perdue est quasi impossible à rattraper
– cela demande de l’attention  et de la concentration (énormément même).

Vous l’aurez compris, ce projet que je comptais tricoter en deux temps, trois mouvements m’a donné beaucoup beaucoup de fil à retordre.

Je crois bien que pour le premier, j’ai dû recommencer (ou défaire plusieurs rangs) pas loin d’une dizaine de fois (cela a été plus rapide pour le second, j’avais sans doute pris le pli ou tout simplement compris que si je n’étais pas suffisamment concentrée ou disponible, ce n’était pas la peine d’y toucher).

Les premiers rangs se sont toujours très bien déroulés puisque je n’avais qu’à alterner les deux couleurs, c’est par la suite que les choses se sont corsées.

Je travaillais en lisant les diagrammes mais au bout d’un moment, je finissais toujours par m’emmêler et je me retrouvais avec une maille d’une mauvaise couleur d’un côté ou de l’autre (voire les deux) ou décalée. Bien entendu, je ne m’en apercevais jamais aussitôt mais deux ou trois rangs plus tard.

Au début, j’ai essayé de défaire les mailles sur une colonne sans défaire les rangs complètement, mais c’était l’horreur pour obtenir quelque chose de propre (les mailles n’étaient pas dans le bon sens ou se croisaient), au final, je finissais toujours pas redéfaire les rangs.

Comme cela se répétait régulièrement, j’ai fini par écrire un tableau avec les consignes dans le genre :
CP1, CS5, CP3, CS6 (CP étant la couleur principale correspondant à la face tricotée et CS étant la couleur secondaire).
Cela a été beaucoup mieux.

J’ai aussi rencontré un problème avec un côté de la lisière qui s’ouvrait sur la hauteur des premières mailles, un peu comme si au lieu d’avoir fait une couture sur l’intérieur pour joindre deux pièces, je l’avais fait sur l’extérieur mais à 5 mm du bord, vous voyez ce que je veux dire ?
J’ai regardé des vidéos et j’ai réalisé que je n’avais pas bien compris comment passer mon fil lors du changement de côté.

Mais j’ai fini par m’en sortir et j’ai été absolument ravie du résultat. Et heureusement, le deuxième a été plus rapide à tricoter (je crois ne l’avoir recommencé que 2 fois).

C’est une technique de tricot fort intéressante mais je ne me verrais pas l’utiliser pour des grandes pièces car c’est vraiment trop contraignant. Cela dit, je ne regrette pas du tout ces ouvrages et les personnes qui les ont reçus les ont appréciés, ce qui est le principal.

Peut-être que je prendrais quand même le temps de m’en refaire un parce que j’ai vraiment aimé le résultat. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.