Chemise Bruyère

Chemise Bruyère

J’ignore si vous avez écouté ou non mon podcast mais dans ce dernier, je disais qu’après mes déboires et difficultés rencontrés lors de mes dernières activités couture, j’allais passer à quelque chose de simple. Seulement, voilà, n’ayant pas tout sous la main pour coudre ce que je voulais, j’ai changé de projet et je me suis donc lancée dans la nouvelle création de Deer and Doe : la chemise Bruyère.

J’ai acheté un joli tissu à rayures pour la réaliser mais avant de me lancer (ne serait-ce qu’à cause des soucis rencontrés sur la robe Bleuet), j’ai préféré faire une toile.

Hop, un tissu bien sympa trouvé dans le stock de ma maman (coupon qu’elle a payé 1 euro les 2m50, qui dit mieux ?) et me voilà partie 🙂

Comme d’habitude, j’ai reçu de l’aide pour la préparation du tissu avant épinglage et coupe des pièces. Vous noterez que cette fois-ci, ils étaient deux !

Pour ne pas rencontrer le même souci d’encolure trop large que j’ai eu sur la Bleuet, j’ai coupé le dos en taille 38 et le devant en taille 40. Je voulais garder quelque chose de confortable mais d’ajusté. D’après ce que j’avais pu mesurer, tout cela devait bien tomber (je ne comprends toujours pas pourquoi j’ai eu ces problèmes avec la Bleuet étant donné que d’après mes mensurations je me situais entre deux tailles et que j’ai taillé dans la plus grande…). Pour la longueur de la jupe, j’ai coupé à la taille 34 puisque je suis petite et que je ne voulais pas que cette chemise se transforme en robe.

Les explications ont vraiment été faciles à suivre et je n’ai pas rencontré de réelles difficultés au cours des différentes étapes de couture. J’ai tout suivi à la lettre sauf pour le col et les poignets de manches pour lesquels je n’ai thermocollé qu’un seul morceau de tissu au lieu des deux préconisés. Le plus difficile en fait, a été de choisir les boutons !

Je n’ai pas fait les coutures anglaises conseillées dans les explications, j’ai préféré terminer le tout à la surjeteuse pour obtenir quelque chose qui soit quand même net. Et puis comme je remonte rarement mes manches, cela ne se verra pas 😉

J’ai bien aimé la façon de monter la patte de boutonnage. Cette technique en sandwich m’était complètement inconnue.

Monter les manches n’est pas quelque chose que j’aime vraiment faire (j’ai toujours beaucoup de mal à répartir les fronces) mais je ne m’en suis pas trop mal sortie. Bon, les pattes capucin ne sont pas parfaites mais pour des premières, j’en suis contente.

Et puis, j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir terminer la chemise avant que la canette ne soit complètement vide.

Je peux vous dire qu’entre chaque boutonnière, je vérifiais qu’il y avait encore du fil et il s’en est vraiment fallu de peu ! Cela aurait été ennuyeux de devoir refaire une canette pour juste une boutonnière (et là je me dis qu’au final, j’ai bien fait de mettre un bouton de moins que ce qui est prévu sur le modèle car là j’aurais été coincée).

Au final, je suis vraiment ravie de ce modèle qui tombe très bien (j’ai bien fait de tailler le dos en 38). La longueur est parfaite et la bande à la taille souligne agréablement la silhouette. Il ne me reste plus maintenant qu’à la faire dans le tissu choisi à la base 🙂

Je vous souhaite de passer un excellent week-end.

2 thoughts on “Chemise Bruyère

Les commentaires sont clos.

Les commentaires sont clos.