Je me suis mise au sport

Je me suis mise au sport

Bonjour,

Pour les personnes qui me connaissent vous saurez que ce titre est étonnant venant de moi. Pour les autres, il faut savoir que le sport et moi cela a toujours fait deux !

Aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais aimé le sport. A l’école déjà, je détestais. Je n’aimais pas courir (bonjour les points de côté, le manque de souffle avec les poumons en feu et la sensation que l’on m’écorchait de l’intérieur lorsque je tentais désespérément de reprendre mon souffle) et quand il y avait les épreuves de cross c’était toujours un moment de stress pour moi (et pour couronner le tout, le sol était toujours couvert de boue alors je finissais systématiquement par glisser, atterrir par terre et finir dans un état pitoyable). Les sports collectifs n’étaient pas non plus pour moi (petite en taille je n’arrivais en rien au basket, au hand j’avais peur du ballon). Pour ce qui est de la piscine, j’ai peur de l’eau et je ne sais toujours pas nager. Le saut en hauteur ? Je me prenais les pieds dans la barre. Ce n’était pas mieux en gym : je suis incapable de faire une roulade, n’ayant pas de force dans les bras je peinais à me tenir en équilibre sur les barres parallèles… Les seules disciplines qui me convenaient à peu près (mais pour lesquelles je n’étais pas plus douée), c’était le javelot et le saut en longueur.

Je ne vais pas allonger la liste de toutes ces heures de sport mais je pense que vous avez déjà une bonne idée de ma relation au sport. A oui, à l’école c’était la seule matière où j’étais complètement nulle et je me souviens qu’un jour au collège, la prof de sport avait convoqué mes parents parce que j’avais refusé de faire du trampoline (quelques mois avant ma cousine avait eu un accident de trampoline et s’était cassé des dents, j’avais cette image en tête d’où mon refus de monter dessus !). La prof avait fait la morale à ma mère en lui disant qu’il fallait que l’on aille faire un peu de jogging le dimanche matin, ce à quoi ma mère a répondu qu’ils (mes parents) travaillaient en usine et qu’une semaine sur deux, ils commençaient à 5 h tous les matins et que l’autre semaine ils terminaient à 21 h, alors que le dimanche matin, ils n’avaient pas franchement envie d’aller faire du jogging !

Enfin bref ! Depuis que j’ai mon appartement, j’ai à plusieurs reprises tenté de faire du sport : vélo d’appartement (une forte sciatique m’a fait arrêter), fitness devant en suivant des cours sur DVD, Pilates, mini stepper, programme sur plusieurs semaines pour avoir muscler ses abdos et avoir un ventre plat… Je n’ai jamais tenu plus de quelques semaines. J’aimais bien le vélo d’appartement, j’en faisais en soirée en regardant la télé, mais depuis que j’ai eu cette sciatique, je n’ai jamais pu en refaire car à chaque fois je sentais la douleur revenir. Je crois que sans cela, c’est la seule chose que j’aurais continué sur la longueur. Sinon, je n’ai jamais réussi à rester motivée assez longtemps pour qu’une routine s’installe.

Pendant un temps, j’ai songé à m’inscrire dans une salle de sport, je me disais que si je payais pour faire du sport cela allait me motiver (je n’allais quand même pas payer pour rien) mais j’ai renoncé car me connaissant, je savais que devoir ressortir une fois que je serais chez moi me serait difficile. Et puis on revenait toujours à cette contrainte : un horaire spécifique, une activité spécifique alors que je pouvais ne pas être disposée pour cela.

J’ai donc fini par me dire que je n’étais pas faite pour le sport tout simplement. Je m’aperçois maintenant que j’avais tort, qu’il suffisait juste que je trouve le bon sport, celui qui serait le déclencheur.

Ce déclencheur, je l’ai trouvé il y a un an maintenant, c’est le yoga. Attention, quand je dis yoga, je pense yoga actif, dynamique. Je n’aime pas trop quand il y a beaucoup de méditation dans la séance, je préfère quand cela bouge, quand il faut maintenir une position (croyez-moi vous sentez vos muscles travailler), s’asseoir en tailleur et se concentrer sur sa respiration, c’est bien mais il ne faut pas que cela dure trop longtemps…

J’ai commencé le yoga l’année dernière parce que j’avais le besoin à ce moment précis de me détendre, de trouver une activité pour me ressourcer, pour m’évader, me vider l’esprit. J’ai eu la chance de tomber sur un bon programme (25 jours de yoga de Carine Castet dont je vous ai parlé dans cet article) et pour la première fois de ma vie, je m’y suis tenue, je n’ai pas lâché prise même si certains jours je commençais ma séance à reculons. Une fois chaque séance achevée, je ressentais un bien être, une satisfaction et pour tout vous dire, à la fin du programme, je me suis inscrite pour recevoir des vidéos régulièrement afin de pouvoir continuer cette pratique. J’avais également acheté les vidéos des 25 jours afin de pouvoir les reproduire à nouveau, pour continuer sur ma lancée.

Petit à petit, j’ai moins apprécié les vidéos que je recevais. J’avais l’impression, à un moment, que cela commençait à tourner en rond. Les mêmes postures revenaient très (trop ?) régulièrement, j’avais l’impression de ne plus progresser et puis je ne pouvais plus enregistrer les vidéos comme je le faisais auparavant afin de pouvoir refaire les séances quand je le désirai (je n’ai jamais compris pourquoi d’ailleurs ni Carine à qui j’avais posé la question). J’ai donc arrêté mon abonnement mensuel. J’ai eu la chance qu’une des personnes que je suis sur Instagram se lance dans un autre challenge Yoga (30 days of yoga – Adriene Louise) et en parle. Par curiosité, je suis allée voir et j’ai commencé le challenge de mon côté.

Le yoga d’Adriene est complètement différent de celui de Carine, il est bien plus dynamique (adieu les salutations au soleil quotidiennes, bonjour les planches et le chien tête en bas). J’en ai bavé au cours de ces 30 jours (ou 31, j’ai un doute tout à coup), cela n’a pas toujours été facile à suivre car Adriene est américaine et donc il y a parfois la barrière de la langue (je ne comprends tout ce qu’elle dit mais avec la vidéo, on arrive quand même à bien s’en sortir) mais j’ai adoré !

A l’issue de ce challenge, j’en ai enchainé deux autres (Yoga Revolution et Yoga Camp) toujours proposés par Adriene et je les fais en boucle (mais sans forcément suivre les jours car certains jours les séances durent longtemps et si je n’ai pas le temps nécessaire j’intervertis avec une séance plus courte ou j’en fais deux à la suite le dimanche matin).

Avec Adriene, j’ai trouvé une activité sportive qui me convenait et celle-ci a été le déclencheur pour d’autres.

En effet depuis deux mois, je fais du sport tous les jours. Au début c’était une séance de yoga chaque jour et petit à petit, j’ai élargi la gamme de mes activités sportives. Je ne suis pas un programme particulier dans le genre : lundi yoga, mardi mini stepper, mercredi séances de gainage, etc. Non, j’y vais au feeling suivant le temps dont je dispose, mon envie du moment, mon état d’esprit.

Voici les activités que je pratique :

  • yoga
  • mini stepper (10 mn devant la télé, les 5 premières minutes sont les plus dures croyez-moi)
  • marche
  • séances de gainage (planche, TRX, abdos doux)
  • saut à la corde

La marche, c’est quelque chose de tout nouveau pour moi. N’allez pas croire que je ne marche jamais. En fait je marche chaque jour pour me rendre à mon travail (l’avantage d’habiter à 10 mn à pied du bureau) mais là, j’ai décidé de marcher 1 heure toutes les semaines. Je n’en suis qu’à deux séances mais je suis déjà accro et j’attends avec impatience ma prochaine séance. Je dois avouer que cette séance hebdomadaire me fait un bien fou (chose impensable pour moi jusqu’ici). Je ne vois pas le temps passer et je suis surprise lorsque j’atteins les 30 minutes et que j’amorce le retour (plutôt que de me fixer une distance, je préfère tabler sur une durée). Je marche d’un bon pas (j’ai calculé et je vais à un peu plus de 5 km/h) avec des pointes plus rapides de temps en temps mais sans aller jusqu’à me retrouver à bout de souffle. Je suis encore loin de pratiquer ce que l’on appelle la marche sportive mais je ne cherche pas à faire de la compétition, juste à me sentir bien et pour le moment, cela fonctionne ! La marche est une activité douce qui m’a été conseillée par une collègue qui pratique la course à pied car c’est une très bonne façon de se mettre au sport sans traumatiser son corps (pour peu que l’on soit bien chaussé). Quand je lui ai dit que je voulais élargir mes “activités” sportives, elle a tout de suite pensé à cela. Et elle a été de très bon conseil.

J’ai trouvé une activité d’extérieur douce, qui permet de se maintenir en forme et qui n’est pas contraignante. Jusqu’ici, j’ai eu la chance d’avoir un temps clément (même si la dernière fois le vent était bien présent), peut-être que je vais déchanter un peu lorsqu’il va pleuvoir car j’ai bien l’intention de continuer même par temps de pluie (en Normandie, si l’on devait s’arrêter de pratiquer un sport extérieur dès qu’il pleut, on ne pratiquerait pas souvent). Dès que mon corps aura bien été habitué à cet effort hebdomadaire, je pense envisager d’insérer quelques périodes de course lors de ces sorties, on verra cela d’ici quelques mois (au printemps peut-être).

En tout cas, il m’aura fallu le yoga pour que je me mette au sport, cela a vraiment été le déclencheur pour moi. Je ne me considère pas encore comme une sportive mais je me dis que j’en suis sur la voie 😉

Quoi qu’il en soit, depuis que je pratique ces activités physiques quotidiennement, je ressens un vrai bien être et c’est le principal, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *